Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les lectures de Koko

En construction...

Publié par kokolecture sur
Publié dans : #Chroniques : Conte, #Chroniques : Fantastique, #Les 2 encres, #Services de presse-Partenariats

Les contes sont venus, les contes vous arrivent, les contes poursuivent leur chemin ! Être conteuse, c’est être passeuse ! Les contes de ce recueil vivent dans l’oralité et dans la mémoire des Hommes. Ils continuent leur vie en entrant par vos oreilles, dans votre imaginaire et ressortent par votre bouche pour entrer dans d’autres oreilles. Loin de toute rationalité, ils vous autorisent à rêver, à vous évader. Vous devenez le héros, l’héroïne d’histoires venues, il y a bien longtemps, de l’ancienne Russie, de l’Estonie, de Slovénie, de Pologne, de Tchécoslovaquie, de Roumanie, d’Arménie, de Hongrie, d’Albanie, de Tasjistan...

 

Edition Les 2 encres
Paru le 01/01/12
150 pages
14.70 euros

 

Mon avis :

Merci à Karine de Club de Lecture et à Krystin Vesträlen (super dédicace!) pour ce partenariat !

Ce recueil regroupe au total 42 contes. 18 de Russie, 10 de Tchécoslovaquie, 4 de Pologne, 3 de Roumanie, 1 de Bulgarie, 1 de Hongrie, 1 d'Albanie, 1 du Tadjikistan, 1 d'Estonie, 1 d'Arménie et 1 de Slovénie. Ils font d'une demie à six pages, abordant des sujets différents. On passe du roi aux magiciens en passant par les paysans. En si peu de pages, je me suis pourtant attachée aux personnages, mais pas trop, juste ce qu'il faut pour passer au conte suivant sans regret. 

Je ne connaissais pas les cultures, les coutumes de ces pays, mais grâce à ce livre j'en sais un peu plus.

Tous les contes ne se finissent pas en « Happy End » avec des phrases type « et il vécurent heureux jusqu'à la fin de leurs jours », ils ne commencent pas tous non plus par « Il était une fois... » ou « C'est l'histoire de... »  Stop aux idées reçues sur les contes, on vit au XXI siècle pour ceux qu'ils l’auraient oublié !  Pour tout vous dire, j'ai reconnu un conte que mes camarades de classe racontait en primaire (ce qui n'est donc pas si vieux quand on voit mon âge!). Je ne savais pas que c'était un conte d'ailleurs. On se le racontait en une sorte de blague, une petite anecdote rien de plus. Et pourtant s'est un conte de Russie ! 

Évidement, pas de « Je » ici puisque c'est l'auteure qui nous conte ces histoires. Et on s'y croirait vraiment, je vivais les récits comme si j'en étais l'héroïne. J'ai aimé le style de l'auteure, qui s’adapte parfaitement aux contes. Le préface du livre nous explique tout le travail qu'il y a derrière un conte. Le travaille gestuel, les mots employés, le ton à adopter selon les différentes situations, la « projection » des images, etc... Les images c'est très important apparemment, il faut que le public voit la scène, comme si elle était collée à sa rétine. Ce n'est pas raté, car comme dit plus haut, je me croyais dans l'histoire, dans le rôle du héros. Et parfois je « regarde » la scène (un peu comme si j'étais au théâtre si vous voulez). 

J'ai lu ce recueil en une matinée. Il est très court (et ma chronique aussi) et très accrocheur, dés le premier conte j'ai eu envie d'en découvrir plus. 

Ma note : 4/5

Lire un extrait ICI (en bas de la page) La page Facebook de l'auteure : Krystin Verträlen

 

Challenges 

 (58/52 !!)

 (11/36)

 (21/26)